En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.

En savoir plus

Notre projet à Oxford

Audencia remporte un appel d’offres européen avec l’Université d’Oxford pour réaliser une recherche sur la cybersécurité

Au terme d’une compétition internationale, le projet CYBERSECURRITY dirigé par les professeurs Bertrand Venard (Audencia / Oxford) et Viktor Mayer-Schönberger (Oxford), a ainsi été choisi par un panel d’experts internationaux sur des critères d’excellence, d’impact socio-économique et de qualité de la mise en œuvre.

Pour mener ce projet, Bertrand Venard a été nommé Marie Sklodowska-Curie Fellow au sein de l’Oxford Internet Institute de l’Université d’Oxford. En étant professeur à Audencia et l’Université d’Oxford, Bertrand Venard peut plus facilement conduire une étude internationale comparée sur les comportements de cybersécurité des étudiants en France et en Grande-Bretagne. 

Depuis 2005, les chercheurs de la chaire Anti-Fraude et Cybersécurité dirigent des projets de recherche sur les opportunités et menaces engendrées par la transformation digitale des organisations. Ils s’intéressent notamment à l’impact des bouleversements technologiques sur le comportement des salariés ou sur la déviance dans les organisations comme la fraude économique, la corruption ou la cybercriminalité.

Dans ce cadre, l'Union Européenne a lancé différents appels d'offres afin de développer l'expertise scientifique européenne sur les thèmes de la transformation des organisations à l’heure du digital, de la sécurité et de l’innovation, en sélectionnant et finançant les projets les plus prometteurs.

Contexte de l’étude

La digitalisation de nos sociétés entraîne des transformations des stratégies des entreprises, des nouveaux modes d’organisation et des rapports différents au travail. D’un côté, les opportunités de croissance augmentent avec la capacité à toucher des marchés plus facilement ou la possibilité de développement d’offres stratégiques différenciées. D’un autre côté, les menaces augmentent de manière concomitante avec des risques nouveaux qui peuvent parfois totalement déstabiliser certaines organisations et équipes.

Comprendre les freins humains à la transformation digitale

Un enjeu est indéniablement de comprendre les freins humains à la transformation digitale.

Par exemple, les salariés (ou les étudiants, futurs salariés comme dans l’étude CYBERSECURITY) peuvent avoir des comportements ambivalents d’enthousiasme et de défiance par rapport aux nouvelles technologies. Ainsi, certains individus réfractaires à la transformation digitale, peuvent devenir résistants actifs aux changements stratégiques et organisationnels découlant des opportunités technologiques. Pour ces individus résistants, la transformation digitale est surtout un sujet potentiel de tensions avec l’entreprise et beaucoup moins une source éventuelle de développement. Cette résistance à la transformation digitale peut générer des risques stratégiques, technologiques et humains. Comprendre les comportements humains dans un tel contexte est alors une nécessité afin de réussir la transformation digitale. 

L'augmentation des cyber risques

Dans le vaste champ des enquêtes académiques sur les conséquences de la transformation digitale, un sujet est l’augmentation des cyber risques.

En effet, en étant chaque jour plus connectés, numérisés et dépendants des technologies, les organisations et les individus font face à de nouveaux risques. La multiplication des interfaces technologiques, l’utilisation omniprésente des réseaux sociaux, la montée en puissance de l’intelligence artificielle, le recours au Big Data multiplient les failles potentielles pour les organisations et les équipes, qui peuvent aussi commettre des maladresses aux conséquences financières importantes. En 2017, une erreur humaine au sein de la société américaine Equifax a entraîné le vol des données personnelles de 143 millions de personnes, cette erreur a entraîné une perte de capitalisation boursière de plus de 3 milliards de dollars et la dimension du Président de l’entreprise.  En 2018, on a découvert par hasard sur le darkweb que la société de marketing Exactis avait laissé « fuiter » les données personnelles de 340 millions d’individus.

Comprendre quels sont les déterminants des comportements individuels de cybersécurité

Le projet de CYBERSECURITY consiste donc à comprendre quels sont les déterminants des comportements individuels de cybersécurité.

Au travers d’une étude qualitative et quantitative, l’équipe de recherche dirigée par Bertrand Venard cherche à comprendre ces déterminants en fondant son analyse sur une enquête auprès d’étudiants en fin de scolarité (futurs salariés des entreprises) en France et en Grande-Bretagne. L’étude vise aussi à faire des préconisations opérationnelles pour modifier les comportements, sachant que quelque soit le niveau de digitalisation d’une organisation, la faille humaine peut être la raison primordiale d’augmentation des risques.